TRIBUNE - "Quand la France périphérique s’éveillera, la gauche gagnera"


Publiée par Le Monde - le 6 février 2017

Il existe une France qui ne s’intéresse pas aux primaires des partis politiques. Les partis politiques le lui rendent bien, et s’intéressent de moins en moins à elle.

 

Cette France se trouve de l’autre côté des périphériques, loin des transports en commun, loin des CDI, loin des métropoles. Cette France des banlieues, des territoires périurbains et ruraux est majoritaire sociologiquement mais minoritaire politiquement. Autrefois, on l’appelait la « France populaire », aujourd’hui on l’appelle la « France périphérique ».

 

Ainsi, un parisien sur dix a voté au premier tour de la primaire de gauche, tandis qu’au niveau national, on atteint 3,5%. De façon symétrique, à la primaire de droite, les Hauts-de-Seine se sont trois fois plus mobilisés que le Pas-de-Calais. Une fois les primaires passées, la « France périphérique » redeviendra centrale, le temps de la campagne présidentielle. Avec un taux de participation de plus de 80%, c’est la seule élection où les catégories populaires s’expriment et jouent un rôle déterminant.

 

Jeunes responsables politiques de gauche, issus de la France périphérique, nous voulons la remettre au cœur du débat présidentiel, car cette France glisse doucement à l’écart du regard de la République.

 

Dans nos territoires, depuis la crise de 2008, la puissance publique n’a plus réellement de moyens pour lutter contre les mécanismes de ségrégation sociale. Alors que les « déserts » ferroviaires, médicaux, sociaux s’étendent, le mot « fonctionnaire » n’a quasiment pas été prononcé dans les débats des primaires de la gauche. Soumis à la révision générale des politiques publiques (RGPP) et au gel du point d’indice, menacés dans leur existence même par la droite thatchérienne, placés en première ligne des tensions sociales, les infirmières, les pompiers, les gendarmes, les enseignants sont pourtant le patrimoine de ceux qui n’en ont pas.

 

Dans notre France des sous-préfectures, celle qui fera l’élection présidentielle, nous dépendons de plus en plus de l’emploi public, seul « bouclier » contre les fluctuations du cycle économique, et de moins en moins du travail sur place. Nos territoires attendent de la gauche une priorité au travail: un prix rémunérateur pour les paysans, un labeur rémunéré à sa juste valeur pour les ouvriers, des heures pour les employées à temps partiel. Ne pas revaloriser le travail des individus, ce serait accentuer l’angoisse du déclassement.

 

La Gauche a la responsabilité d’y répondre, en traçant pendant la présidentielle un chemin tangible pour réduire les inégalités sociales, donc territoriales. Deux mouvements sociaux ont secoué ce quinquennat. Le premier, celui contre le mariage pour tous, a trouvé son débouché politique dans la désignation de François Fillon comme candidat de la droite. Le second, celui contre la loi travail, a abouti ce dimanche dans la nette victoire de Benoit Hamon. Le désarroi de la « France périphérique »  n’a pas encore trouvé sa traduction mais ne restera pas sans point de chute électoral.

 

En politique, la prévision est rarement le résultat. Sous la Vème République, le vainqueur des sondages de janvier n’est jamais le vainqueur des urnes de mai. La campagne s’ouvre et nous nous y investirons pleinement. L’heure est à une gauche déterminée, qui a toutes les clés en main pour l’emporter. Saura-t-elle trouver le chemin vers la « France Périphérique »? Après avoir parlé au peuple des primaires, il faudra s’adresser au peuple de France.

SIGNATAIRES:

 

Brien Nicolas 3 Allier
Bigdade Habiba 92 Hauts de Seine

Clavequin Maude 90 Territoire de Belfort

Duvernet Marc-Henri 39 Jura

Adjuward Amroze 78 Yvelines

Benabid Lokmane 57 Moselle

Bernicchia Aurélien 77 Seine et Marne

Bertin Loline 93 Seine Saint Denis

Boileau Louis-Simon 75 Paris

Boubetra Hicham 91 Essonne

Bourgeois Willy 39 Jura

Cabral Fabrice 81 Tarn

Cardon Rémi 80 Somme

Cassan Clovis 91 Essonne

Ekim Melek 92 Hauts de Seine

Fournier Baptiste 91 Essonne

Goguel-Mazet Emilien 13 Bouches du Rhône

Jajan Méral 60 Oise

Jamet Fournier Boris 75 Paris

Jaouen Nicolas 78 Yvelines

Juston Pierre 31 Toulouse

Kaya Serdar 60 Oise

Leroy Anthony 63 Puy de Dôme

Loisel Maxime 60 Oise

Mac Farlane Arnaud 55 Meuse

Massié Rémi 81 Tarn

Nauche Hugo 60 Oise

Palermo Anthony 3 Allier

Peyre Lucas 63 Puy de Dôme

Ranc Julien 69 Rhône

Rezagui Insaf 83 Var

Salmi Lilia 67 Bas Rhin

Samingo John 77 Seine et Marne

Saoud Hind 35 Ile et Vilaine

Schollaert Eloise 75 Paris

Vermesse Mathias 46 Lot

Vidal Sarah 12 Aveyron

Westphal Etienne 67 Bas Rhin

Accart Laurent 80 Somme

Alix Nicolas 77 Seine et Marne

Alloto Maxence 38 Isère

Arnaud Jérémy 3 Allier

Autereau Benoit 77 Seine et Marne

Bathily Abdoulaye 94 Val de Marne

Beauvais Laurent 51 Marne

Bogros Matthieu 3 Allier

Bonzom Stéphane 31 Haute Garonne

Cartier Flavien 86 Vienne

Corradi Jonathan 54 Meurthe et Moselle

Courty Arthur 90 Territoire de Belfort
Chappet Cyril 14 Charente Maritime

Degrave Juliette 60 Oise

Delaporte Arthur 18 Cher

Delrieux Benjamin 24 Dordogne

Demandrille Alexandre 62 Pas de Calais

Dembélé Fatimata 92 Hauts de Seine

Despoisse Sébastien 34 Hérault
Esnault Jordan 44 Loire-Atlantique

Ferriere Nicolas 30 Gard

Forichon Eric 31 Haute Garonne

Fulleda Simon 75 Paris

Gélin Maëlle 75 Paris

Gobert Julie 77 Seine et Marne

Hammoud Yassir 75 Paris

Honorat Yannick 31 Haute Garonne

Laal Samira 62 Pas de Calais

Laaraj Ahmed 30 Gard

Laffaille Maxime 65 Hautes Pyrénées

Laprévote Gabrielle 92 Hauts de Seine

Lebon Lorraine 57 Moselle

Lopez Camille 60 Oise

Maïly Florian 71 Saone et Loire

Mayer Mathieu 2 Aisne

Passot Marc-Antoine 1 Ain

Platel Arnaud 75 Paris

Thibault Damien 5 Hautes Alpes

Tièche Edisson 34 Herault

 


DERNIERS ATELIERS LOCAUX

"Panama Papers" - L'urgence d'un cadastre financier mondial



Communiqué de presse suite aux révélations de l'affaire "Panama Papers"


La révélation de l'existence de millions de données concernant une évasion fiscale mondialement organisée doit pousser les dirigeants politiques de tout bord et de tout pays à réagir avec rapidité et fermeté.

Ce scandale politico-financier de plus renforce la colère et l'exaspération populaires face à un ordre établi qui fait peser sur le peuple des mesures aussi injustes qu'inefficaces.

Parce que cette évasion se fait au détriment d'une redistribution équitable des richesses produites, elle prive les populations les moins aisées de notre planète de leur seule richesse : des services publics efficaces et structurés.

En France, le coût annuel de l'évasion fiscale est estimé par l'économiste Gabriel Zucman à 15 milliards d'euros, minimum.

L'équivalent d'un quart du déficit public. De quoi reboucher le trou de la Sécu en un an. De quoi baisser drastiquement les impôts de la classe moyenne et de relancer la consommation.

Le réseau Inventons Demain appelle donc à un sommet international sur l'évasion fiscale devant aboutir à la mise en place d'un cadastre financier mondial.

La traçabilité des transactions financières est la première mesure à mettre en place. Savoir qui possède quel titre et où en temps réel permettra de prélever l'impôt efficacement et de protéger les acteurs économiques respectant les règles d'un jeu qui apparaît de plus en plus pipé.

Pour nos artisans, PME, agriculteurs... et toutes les familles qui en dépendent, nous demandons justice.